Ton panier

Ton panier est vide

Continuer le shopping

L’histoire du maquillage : tu vas en apprendre des choses !

by Agathe & Charline |  | 1 commentaire

Hello Pomponnette,  


C’est l’histoire (de la vieeeee) du maquillage - même si le maquillage, c’est un peu la vie ! -.


Le maquillage souffle sa 500 000e bougie ! - Oh wooow - Et oui, des paléontologues ont retrouvé des petits récipients contenant de l’ocre qui devaient servir aux hommes préhistoriques pour se protéger la peau du soleil et des insectes. Ces peintures corporelles rouges leur permettaient aussi de se différencier les uns des autres et de créer une forme de hiérarchie à l'intérieur de leur tribu - sorte de statut social quoi -.


Notre plus vieille Pomponnette a donc plus de 500 000 ans !!! - Oui, parce qu’on parle des hommes préhistoriques, mais il y avait aussi des femmes ! -

L’histoire du maquillage : tu vas en apprendre des choses !

- Sorry Yetta, ce n’est pas toi notre doyenne ! - 

On a voulu te raconter ici l’histoire du maquillage dans différentes civilisations, parce que d’un pays à l’autre, on change de langage, même niveau maquillage !

 

Cléopâtre, l’influenceuse beauté des Egyptiennes 

On atterrit d’abord en Egypte Antique, où, pour être considérée comme un canon de beauté, il fallait être fine, avoir des hanches bien dessinées - mais pas trop épaisses non plus -, des petits seins ronds - pour les égyptiens aussi : plus c’est petit, plus c’est mignon - et bien sûr... se maquiller !

Niveau make-up, focus sur les yeux - et même pour ces messieurs -.

Le trait de khôl étiré en forme de goutte, c’est LA base du make-up de Cléopâtre ! La couleur noire du khôl a une symbolique : il rappelle le sédiment noir, fertile, laissé par le Nil.

Il était “fait maison” - et oui, pas de Sephora à l’époque ! - à base de composés pas tip top pour la peau comme le sulfure de plomb, d’antimoine ou la suie - il y a eu d’ailleurs pas mal de cas d’intoxications au plomb avec certains khôls… -.

Outre son côté esthétique, le khôl était aussi vu comme un “médicament” : il était utilisé en tant que collyre pour prévenir et soulager des infections oculaires, ou encore en contour de l’œil pour protéger du vent et du sable. 

On lui trouve aussi une dimension spirituelle : le trait de khôl écarterait le mauvais œil...

Côté fards à paupières, la couleur des égyptiens c’est surtout le vert malachite : couleur qui représente la jeunesse, la renaissance, mais avant tout la nature. Le vert, c’est LA couleur d'Osiris - of course, c’est le Dieu de la Terre et de la végétation -. On te voit déjà te la raconter devant un papyrus représentant Osiris et expliquer pourquoi il est toujours représenté en vert - non non, aucun rapport avec Cetelem -.

Pour les lèvres, il leur fallait du rose, du rose, et encore du rose, car il est symbole de bonne santé.

Et alors, pour leur recette de rouges à lèvres “fait maison”- accroche-toi - : un colorant rouge mélangé à de la cire d’abeille - pas très vegan les égyptiennes -. Ce mélange était ensuite mâché par des esclaves, jusqu’à obtenir la bonne consistance… - beurk, on t’avait prévenue ! -.

L’histoire du maquillage : tu vas en apprendre des choses !

Elles ne mettaient pas du rouge à lèvres que pour faire joli, mais aussi car selon leur croyance, il empêchait le diable d’entrer dans le corps par la bouche - rien que ça ! -.

Pour la manucure - et même la pédicure ! - elles passaient leurs ongles au henné.

Et enfin niveau capillaire, la mode était de se raser les cheveux…. - it’s Britney b****h ! - pour mettre une belle perruque bleutée faite à partir de soie, de crin ou parfois même de vrais cheveux.

L’histoire du maquillage : tu vas en apprendre des choses !

  

Du côté de chez Nikos en Grèce Antique

Cette fois-ci, direction la Grèce Antique. Contrairement aux égyptiens, le maquillage était très - mais vraiment très - mal vu.

Pour te donner une idée de l’état d’esprit de l’époque : pour Platon, le maquillage est trompeur, “indigne d’un homme libre” parce qu’il produit une “beauté étrangère”. 

Le maquillage était même interdit dans de très nombreuses cités : les femmes avaient juste le droit de se farder avec du blanc de céruse pour avoir le teint pâle ! - le blanc de céruse kesako ? Un pigment blanc à base de plomb hyper toxique mais incontournable pendant plus de 3 000 ans, on te rassure il est interdit de nos jours -.

L’histoire du maquillage : tu vas en apprendre des choses !

 

Heureusement, la vision du maquillage a évolué et les femmes ont pu, peu à peu, se lâcher. Elles se sont mises à : 

  • Se colorer les joues avec du rouge “rizion”- ça vient d’une racine macérée dans du vinaigre, mélangée à de la garance et du blanc de céruse -
  • Se noircir les paupières à l’encens
  • S’agrandir les yeux avec un trait de khôl - le revoilà celui-là ! -
  • Se farder les sourcils avec du noir. On parle même de “sourcil grec” : les 2 reliés par un seul trait, soit l’apogée du monosourcil - on ne savait pas qu’Emmanuel Chain était grec ?* - 

Les grecques retiraient leur maquillage le matin, aux bains publics, avant de se maquiller de nouveau. - On espère que tu ne fais pas comme elles ! -

Malheureusement, en Grèce classique : - 1 pas en avant, 2 pas en arrière - les femmes sont privées de tout droit civique et leur place dans la société se résume à leur rôle de mère. Elles doivent retrouver leur teint blanc, signe d’un statut social important, et ont le droit de se farder seulement chez elles - juste pour leur mari et leurs invités -. Car à cette époque, les seules qui sortent maquillées sont les courtisanes. - Donc on garde le maquillage pour sa tisane ! -

 

En Italie, belle comme Bellucci...

Ciao Bella, on pose nos valises en Italie ! Là-bas, le maquillage c’est comme la nourriture : entre la pasta et la pizza, leurs cœurs balancent. Et bien pour le maquillage c’est pareil : ils ne savent pas s’ils doivent l'accepter ou le critiquer.

L’histoire du maquillage : tu vas en apprendre des choses !

L’époque de la Rome Antique entretient ce rapport ambigu avec le maquillage. Là encore, la pâleur du teint est de mise… du moins pour les femmes. Au contraire, les hommes arborent une peau colorée, signe d’une vie au grand air.

Pour faire ressortir la pâleur du teint et des dents, elles se colorent les joues et les lèvres de rouge (si tu veux en savoir plus sur le rouge, c’est ici). Elles utilisent des produits là encore “faits maison”, à partir de soufre, de mercure, de plomb, de coquillage ou de cochenille. Des compositions qui font peur, une fois encore… Heureusement que les temps ont changé ! - Mais que les fleurs n'ont pas fané ! -


Au XIIIe siècle, les italiens ont 30 critères de beauté groupés par 3 :

  • 3 choses blanches : peau, dents, mains
  • 3 choses rouges : lèvres, joues, ongles
  • 3 choses noires : yeux, sourcils, cils
  • 3 choses longues : corps, cheveux, mains
  • 3 choses courtes : dents, oreilles, pieds
  • 3 choses larges : seins, front, zone entre les sourcils - sorry Emmanuel -
  • 3 choses étroites : bouche, taille, chevilles
  • 3 choses grasses : bras, cuisses, mollets
  • 3 choses fines : doigts, cheveux, lèvres
  • 3 choses petites : tête, menton, nez

Qu’est-ce qu’ils sont exigeants ces italiens - oh mamma mia - ! On ne sait pas si tu connais un couple greco-italien ou egypto-italien, mais a priori ils ne sont pas en phase niveau critères beauté...


En Asie, un teint à la Hello Kitty - désolé pour la référence, on ne connaît pas d'autre star asiatique qui rime en i -

L’histoire du maquillage : tu vas en apprendre des choses !

Et oui, depuis toujours la pâleur est de mise en Asie, puisqu’elle représente le statut social.  - Non, non, rien n’a changé… -

Pour la faire courte, voilà la bonne équation asiatique : 

peau dorée = travail dans les champs = pauvreté 

VS

peau blanche = personne qui prend soin d’elle et utilise des cosmétiques = richesse


En chine, au temps de la dynastie Tang, les femmes se maquillaient copieusement - comme nous quand on se sert à manger...-. Les joues sont en rose vif, les lèvres sont colorées avec du rouge puissant, et certaines vont jusqu’à se raser les sourcils pour les redessiner au milieu du front - OMG ! -.


Et la France dans tout ça ? On est en train de te préparer le point sur l’évolution du maquillage dans notre pays !


Voilà Pomponnette, tu sais tout - ce qu’on sait ! -.

C’est fou ce qu’on nous inflige quand même, depuis la nuit des temps et à travers les frontières… Alors, tu te sens plutôt proche de quelle civilisation en terme de critères de beauté ? Tu dois faire tes valises ?

Bref, n’oublie pas que le meilleur des critère de beauté, c’est de s’aimer comme on est et qu’un simple sourire rend belle - belle, belle, comme le jour ! -.

 

Si tu as d’autres anecdotes à nous raconter pour enrichir cet article, on est preneuses et on a hâte de te lire en commentaire !


Répandons le Smile Power,

Agathe & Charline


*c’est une blague

Source : Histoire du maquillage des Egyptiens à nos jours -  livre de Martine Tardy

Petits mots (1)

  • Lucienne Le January 13, 2020

    Très intéressant votre petit documentaire.
    Ma maman se mettait seulement du rouge à lèvre et de la poudre de riz.

Tu nous laisses un petit mot ?